Rouen. Trois fois moins de fréquentation pour les bornes électriques devenues payantes

Depuis le 1er avril 2023, les bornes de recharge pour les voitures électriques sont devenues payantes au sein de la Métropole de Rouen. Quel impact sur leur fréquentation ?

Les bornes électriques de la métropole de Rouen sont-elles boudées ? Le 1er avril 2023, la recharge pour les voitures électriques est devenue payante, après près de dix ans de gratuité. Pour certains utilisateurs, cette annonce a été vécue comme une « douche froide ». Mais quel est l’impact réel sur la fréquentation depuis cette date ?

« Trois fois moins de recharges »

Interrogé par 76actu, Cyrille Moreau répond qu’il y a « trois fois moins de recharges » depuis la fin de la gratuité. Toutefois, le vice-président en charge des transports tempère, évoquant une « élasticité de la réaction ».

Il précise ses propos : « Lorsque dans un service public, on passe du gratuit au payant, des personnes arrêtent d’utiliser ce service. Mais après un certain temps, certaines vont dépasser ce stade de la réaction et revenir à la rationalité. »

Le réseau public de bornes de recharge reste un réseau de dépannage. Avec la gratuité, c’était devenu le mode de recharge universel.

Cyrille MoreauVice-président de la Métropole de Rouen en charge des transports

Autrement dit, il estime qu’une partie de ceux qui boudent aujourd’hui les bornes vont les utiliser de nouveau dans le futur. Les données et cet « effet de repli » sont donc « à prendre avec prudence », appuie Cyrille Moreau.

Lutter contre les voitures ventouses

Parmi les raisons invoquées pour justifier la nouvelle tarification, les phénomènes de « voitures ventouses », des véhicules stationnant au-delà du temps de recharge nécessaire, limitant fortement l’accès au service.

« Sur 24 heures, on avait seulement 5 % du temps utilisé pour la charge, détaille Cyrille Moreau. Des habitants se plaignaient en permanence de ne pas pouvoir utiliser les bornes car elles étaient squattées. »

Et d’ajouter : « Le déclencheur, ce n’est pas la question de l’argent, c’est bien ce constat. »

La Métropole n’a pas vocation à payer le carburant des gens. Par contre, elle travaille pour développer ses services, comme le fait de mettre en place des transports alternatifs (vélo, transport en commun, etc.).

Cyrille MoreauVice-président de la Métropole de Rouen en charge des transports

« À la base, la Métropole offrait les recharges gratuites. Cela incitait les gens à prendre une voiture électrique. Et maintenant que les voitures ont été achetées, ça devient payant. Ce n’est pas normal », s’insurgeait Aurélie Cozette, une habitante de Buchy, près de Rouen, lors de l’annonce de la fin de la gratuité des bornes.

Pour Antoine Halot, qui habite près de Neufchâtel-en-Bray, « la gratuité rend les gens égoïstes. Et quand une borne est gratuite, cela veut dire que c’est le contribuable qui paye ».

Les tarifs à Rouen sont-ils plus élevés ?

Par ailleurs, il est également intéressant de regarder du côté de la grille tarifaire des bornes électriques de la Métropole de Rouen, notamment en comparaison d’autres territoires.

Au Havre, les bornes électriques de la Métropole sont gérées par le réseau Ubitricity, détenu par Shell. Depuis le 16 janvier 2023, les tarifs sont de 0,44 euros/kWh pour les bornes normales (22 kWh) et de 0,56 euros/kWh pour les bornes rapides (150 kWh). Par ailleurs, s’ajoute un coût de connexion entre 9 heures et 18 heures : 0,09 euros/min pour les bornes 22 kWh après trois heures et 0,12 euros/min pour les bornes 150 kWh au bout d’une heure.

À Lyon, le service de recharge pour véhicules électriques et hybrides sur la Métropole de Lyon Izivia propose des tarifs plus onéreux. Pour les abonnés (5 euros par mois), le coût d’une charge rapide est de 0,45 euros/kWh, mais c’est le coût de connexion (0,20 euros/min à partir de 45 minutes) qui fait grimper les prix.

Du côté de Rouen, pour les abonnés MOBI recharge Rouen Normandie (10 euros à payer juste une fois), la recharge rapide (90 kWh) dispose de deux tarifs : jour (7h à 22h) et nuit (22h à 7h). Pour le tarif jour, il faut débourser 0,55 euros/kWh. La connexion est gratuite pendant trente minutes, avant de passer à 0,03 euros/min.

Concernant les charges normales (22 kWh), le tarif jour est à 0,44 euros/kWh avec deux heures gratuites, puis 0,03 euros/min. Le tarif nuit est à 0,22 euros/kWh et le coût de connexion est gratuit. Par ailleurs, au sein des parkings relais, le coût de connexion — pas la charge, donc — est gratuit afin d’encourager les automobilistes à stationner leur véhicule en périphérie du centre-ville de Rouen.

Le grille tarifaire dans la métropole de Rouen :

Concernant les tarifs pratiqués dans la Métropole de Rouen, Cyrille Moreau précise par ailleurs que « chaque année, il va y avoir des ajustements en fonction des prix de l’énergie ».

302 points de charges d’ici fin 2023

Parallèlement à la mise en place d’un service payant pour les bornes de recharge électriques, la Métropole de Rouen souhaite continuer leur développement sur l’ensemble du territoire.

Depuis plusieurs années, les bornes se sont en effet multipliées, passant de 140 en 2021 à un objectif fixé à 302 points de charges d’ici la fin de l’année 2023. « Il faut que les bornes fonctionnent, il faut des charges rapides et il faut que toutes communes aient au minimum une borne », insiste à ce propos Cyrille Moreau.

Ainsi, en 2023, 60 communes du territoire e étaient équipées d’au moins une borne. L’objectif d’ici 2024 est d’avoir la totalité des communes de la Métropole de Rouen équipées au moins d’une borne de recharge électrique.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *