Mort de Nahel. À Bihorel, son bar a brûlé dans la nuit : “On a tout perdu”

Sylvie et son mari ont vu leur vie basculer dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 juin 2023. Leur bar, à Bihorel, près de Rouen, a brûlé, en marges des violences urbaines.

Nouvelle soirée très tendue en Seine-Maritime après la mort de Nahel. Des violences urbaines ont été constatées dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 juin 2023, à Rouen et au Havre. À Bihorel, Le Kennedy, un petit bar indépendant implanté au centre commercial Kennedy a brûlé dans la nuit.

Interrogée par 76actu, Sylvie, encore sous le choc, a accepté de revenir sur cette nuit qui a « bouleversé leur vie ».

« On a tout perdu au nom de la haine »

« Comme tous les soirs, mon mari a fermé son bar. Il s’inquiétait de savoir comment ça allait se passer », confie Sylvie.

Aux alentours de 2 heures du matin, le couple est prévenu par le patron d’un commerce à côté : un incendie est en cours au sein du centre commercial.

Frédéric, son mari veut se rendre sur place pour constater les dégâts, car ce bar, « c’est toute notre vie ».

Le bâtiment est en ruines.
Le bâtiment est en ruines. (©ML/76actu)

Les pompiers essayent de le dissuader. « C’est notre seule source de revenus. Nous avons deux enfants en situation de handicap à la maison. Moi, je ne travaille pas pour m’occuper d’eux », poursuit Sylvie.

On a constaté qu’on était en train de tout perdre, de perdre notre vie.

Sylvie Bacquet

Multipliant les allers-retours dans la nuit, Frédéric a constaté de ses propres yeux les dégâts. Au petit matin, l’incendie a tout ravagé. De ce petit bar de proximité, qui avait ouvert en 2011, il ne reste que des ruines.

« On a tout perdu au nom de la haine, suite à la bêtise humaine », lâche Sylvie en sanglots. Et la gérante d’ajouter, amère : « Ils ne se rendent pas compte, mais derrière, il y a des vies humaines, leurs actes ont des conséquences. »

De plus, Sylvie fait savoir qu’à l’intérieur de leur établissement, des jouets étaient stockés. « On avait créé une antenne locale de l’association Léa (Lutter Ensemble Autrement) pour distribuer des jouets aux enfants hospitalisés du CHU de Rouen », explique-t-elle. Tout le stock a brûlé.

Éponger les larmes

« Dans la nuit, mon mari me disait : ‘ne t’inquiète pas, je vais retrouver un travail’ ». Ce matin, il doit aller au commissariat. Il faut aussi qu’on appelle l’assurance. On risque de perdre notre appartement, si on n’est pas en possibilité de justifier des revenus. »

Tôt dans la matinée, Sylvie fait savoir que les premiers clients sont venus pour constater les dégâts. Et éponger les larmes.

Vers 9h30, alors que les pompiers sont encore présents sur place pour les dernières fumées, des riverains regardent le triste spectacle : « Mais pourquoi s’en prendre aux commerçants? »

Des incidents à Rouen et au Havre

Dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 juin 2023, des tensions ont éclaté dans d’autres villes de l’agglomération de Rouen. Des témoignages de riverains font état de dégâts au quartier du Châtelet à Rouen, mais aussi à Maromme, Darnétal ou encore au Havre, à la Mare Rouge.

La veille, dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 juin 2023, Jean-Benoît Albertini, le préfet de la Seine-Maritime indiquait que « 170 départs de feux avaient été traités par les sapeurs-pompiers sur l’ensemble du département ».

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *